real-estate-tag-line

Amis d’ici et d’ailleurs

Amis d’ici et d’ailleurs entretenons nous aujourd’hui sur une des gangrène qui mine la société: l’ingratitude ! Qui n’a jamais été victime d’ingratitude ? Ce phénomène est malencontreusement devenu une norme a tous les niveaux de la société. Le président qui fait preuve d’ingratitude envers son peuple à qui il a fait des tonnes de promesses en temps d’élections pour avoir sa caution a travers lui tous les autres élus. Dans nos familles, notre cercle d’amis. Dans notre lieu de travail. Tu fais des sacrifices pour des gens qui ne reconnaissent jamais. Aujourd’hui beaucoup de personne refusent de faire du bien autour d’eux à cause de l ingratitude dont ils ont été victime dans le passé . Ne payez pas d’ingratitude le bien que l’on vous fait. Il faut savoir être reconnaissant même si quelqu’un te donne un verre d’eau il faut savoir reconnaître car cela encourage à toujours mieux faire. A vous chers amis ne fermez pas les portes de votre coeur et vos mains à cause de l’ingratitude de certaines personnes. Le monde a besoin que nous nous aidions les uns les autres pour bâtir une société pleine d’amour.

read more

Quand la colère des peuples se réveillera face à l’incroyable mépris des dirigeants

Quand la colère des peuples se réveillera face à l’incroyable mépris des dirigeants. Dans le monde, les peuples sont en colère. Nous avions choisi de ne pas le voir. Mais, nous ne pouvons plus faire semblant. Depuis des années nous supplions les grands dirigeants du monde de faire » attention à la colère des peuples ». Le milieu intellectuel se trouve pris totalement à contre-pied : il a perdu le peuple et le capital. Il suffit de lire pour se rendre compte du désarroi qui frappe tous ceux qui avaient une bonne conscience. Un curé sans fidèles est rarement à la fête. C’est le malheur des médias, dominés par les politiques, payés par l’Etat. Cette colère est encore loin d’être au maximum de sa rage et de sa puissance destructrice vengeresse, mais elle gronde, elle enfle et elle se répand peu à peu dans le monde, de pays en pays, de ville en ville, de village en village, par tous les moyens de communication que la dictature n’a pas encore pu empêcher de mettre au silence. Tous les citoyens du monde attachés à leur pays savent que l’heure est grave et que la menace est grande. Dans un cynisme hallucinant, la clique...

read more

Autrefois le feu

Autrefois le feu Sur la pierre-autel libérait la peau des tambours de leurs rides sèches et brisait la danse l’osier des reins la soûlerie aujourd’hui la race regarde la mer retourne la pierre sans le savoir et le sable boit le reste du feu se brisent les dernières amarres l’île est investie un sort anonyme guette sûr les derniers danseurs un arbre de plus rouge flamboyant rouge couleur du nouvel an attend le cyclone comme j’attends la mort après la houle cardinale cette plaine bougeuse gardienne du sang entre les saisons apocryphes un arbre de moins fatigué de vent de février le meurtrier de mars le complice un temps de furie le seul qui ne soit pas solaire car on dit soleil sans savoir son poids de tendresse au pays des naissances il veille sur les taudis sur le château de pierre sur les toits cannelés son familier voyage est un signe de chance une bête nourricière dont on ne sait pourquoi elle rampe dans le pain traverse l’épiderme comme un cri non coupable seul soleil du soleil couleur de la cannelle de l’écorce couleur douleur de la racine de nocturne douleur poivre et poussière de pierre couleur de n’importe...

read more

Il est grand temps de faire sortir l’Afrique de la misère

Il est grand temps de faire sortir l’Afrique de la misère! Voici la recette pour mettre un terme à ce qui est une honte pour l’humanité. L’Afrique est le continent le plus riche de notre planète en ce qui concerne les matières premières. Néanmoins, il s’agit également du continent où règne le plus de pauvreté au monde. Malgré ses richesses, une grande partie de l’Afrique souffre de la misère. Comment est-ce possible? Tout d’abord l’Afrique a le malheur de se limiter principalement à la vente de ses matières premières alors qu’elles ne représentent qu’en moyenne 1 % de la valeur des produits finis. Il ne faut cependant pas oublier que sans ces richesses naturelles fournies à ses partenaires commerciaux, ils ne seraient pas en mesure de produire les biens destinés à la consommation ou à la production d’autres biens. L’Afrique est également une terre qui a connu le malheur de l’esclavagisme durant des siècles ainsi que la colonisation par les grandes puissances occidentales. Les richesses de nombreuses nations viennent donc du travail des gens de couleur noire ainsi que de leurs matières premières qui furent et qui sont soit pillées, soit sous-payées. L’homme blanc fut durant des centaines d’années persuadé...

read more

Charité bien ordonnée commence par soi-même

C’est l’Amour de Soi valable, lié au respect de soi-même et de son prochain. Mes Respects Les hommes sont comparables à des murs situés face à face. Chaque mur est percé d’une multitude de petits trous, où nichent des oiseaux blancs et des oiseaux noirs. Les oiseaux noirs, ce sont les mauvaises pensées et les mauvaises paroles. Les oiseaux blancs, ce sont les bonnes pensées et les bonnes paroles. Les oiseaux blancs, en raison de leur forme, ne peuvent entrer que dans des trous d’oiseaux blancs; et il en va de même pour les oiseaux noirs qui ne peuvent nicher que dans des trous d’oiseaux noirs. Maintenant, imaginons deux hommes qui se croient ennemis l’un de l’autre. Appelons-les Perroquet bavard et Perroquet Sage Un jour, Perroquet bavard persuadé que perroquet Sage lui veut du mal, se sent empli de colère à son égard et lui envoie une très mauvaise pensée. Ce faisant, il lâche un oiseau noir et, du même coup, libère un trou correspondant. Son oiseau noir s’envole vers Ali et cherche, pour y nicher, un trou vide adapté à sa forme. Si, de son côté, Perroquet Sage n’a pas envoyé...

read more

L’éradication de la dictature

L’éradication de la dictature sous toutes ses formes sur le continent et la mise en place d’Etat de droit se fondant sur des institutions démocratiques. La nécessité pour l’Afrique de se doter de langues officielles ou de travail propres au continent La création de monnaie communautaire ou régionale (intégration régionale) capable de promouvoir les échanges intra-africains et susceptible de se fondre, le moment venu, en une monnaie unique africaine. La mise en place de structures économiques régionales devant permettre à l’Afrique de se positionner dans l’économie mondiale d’égale à égale au regard des autres régions de la planète. La fin de l’état de dépendance du continent africain, sous toutes ses formes, au nom de l’interdépendance et de la coopération nécessaires devant gouverner les relations internationales équitables. Ce tableau fort incomplet de nos intérêts et nous sommes les premiers à le reconnaître saura bénéficier de la richesse de l’intelligentsia du continent. Oui, l’Afrique dispose de têtes, réduites au silence par la dictature.    l’Afrique doit croire en l’Afrique

read more

la connaissance

Le commerce guérit des préjugés destructeurs et c’est presque une règle générale que, partout où il y a des mœurs douces, il y a du commerce; et que partout où il y a du commerce, il y a des mœurs douces. Qu’on ne s’étonne donc point si nos mœurs sont moins féroces qu’elles ne l’étaient autrefois. Le commerce a fait que la connaissance des mœurs de toutes les nations a pénétré partout: on les a comparées entre elles, et il en a résulté de grands biens. On peut dire que les lois du commerce perfectionnent les mœurs, par la même raison que ces mêmes lois perdent les mœurs. Le commerce corrompt les mœurs pures : c’était le sujet des plaintes de Platon; il polit et adoucit les mœurs barbares, comme nous le voyons tous les jours. L’effet naturel du commerce est de porter à la paix. Deux nations qui négocient ensemble se rendent réciproquement dépendantes: si l’une a intérêt d’acheter, l’autre a intérêt de vendre; et toutes les unions sont fondées sur des besoins mutuels. Mais, si l’esprit de commerce unit les nations, il n’unit pas de même les particu­liers. Nous voyons que, dans les pays où l’on n’est affecté...

read more

La force de l’esprit

La force de l’esprit Penser en toutes choses avec jugement, avec sa sagesse, c’est ce qu’on appelle penser bien, et ce qui constitue le bon esprit, qualité beaucoup plus rare qu’on ne croit, et bien préférable au bel esprit. Il est vrai que ce dernier a quelque chose de plus brillant, de plus propre à faire naître l’admiration. Le bon esprit est un don inestimable du ciel, il aide l’âme à se remettre quand elle est ébranlée. Il vient au secours de notre vertu, dans ces moments critiques où nous étions sur le point de la sacrifier à la colère, à la vengeance, à l’entêtement ou à de criminelles faiblesses ; et par les sages, réflexions qu’il nous suggère, par l’élévation qu’il met dans notre âme, il nous rend, en quelque sorte, supérieurs à nous-mêmes. A vous de voir !

read more

La souffrance de la vie

Toute existence est souffrance, du premier cri à l’agonie: la vie ne va pas sans mal. Faut-il en inférer que plus on souffre plus (voire mieux) on vit ? La douleur est vive parce qu’elle perturbe : on préférerait s’en passer quand elle vient troubler la conscience et nous faire vivre les pires calamités. Mais n’est-il pas nécessaire que la conscience soit perturbée ? La souffrance devient un critère, permettant de s’ajuster et de se reconnaître. Elle est salvatrice parce qu’elle est obligeante : c’est pour s’être brûlé déjà que l’on s’interdit certains comportements. Ainsi s’acquière la fermeté, et l’efficacité mêmes. Il y a souffrance et souffrance. Celui qui subira le mieux -et même profitera de sa souffrance pour y puiser une énergie utile, efficace, positive, sera celui qui aura bien compris qu’il faut donner un sens aux pires emmerdes, pour qu’elles servent encore et toujours de leçon. L’intérêt n’est pas de vaincre, mais avant tout de combattre, et surtout de vivre quelque défaite pour en savourer l’âpreté. Au top : se vaincre soi-même pour enfin pouvoir dire “je me suis fait maître”.

read more