real-estate-tag-line

CONSEILS D’ÉCRITURE

On a l’impression que certains écrivent pour ne pas être compris. Et autant se le dire, c’est vraiment désagréable pour ceux qui écoutent ou lisent.

L’Afrique est le seul endroit au monde où c’est un compliment de dire: « Quand il parle, personne ne comprend. Il est trop fort. »

Écrire un texte n’est pas un concours de français. Retenez ça une bonne fois pour toutes.

Quel intérêt de prendre du temps pour rédiger quelque chose si à la fin, seules 3 personnes sur 1000 vont saisir le sens de ce qu’on a voulu dire? J’en connais beaucoup qui sont fiers de cela, mais de mon point de vue, c’est au contraire la pire chose qui puisse m’arriver.
Si l’on ajoute à cela le fait que le français soit la langue du colon, imposée à nous par la force, on a encore plus de mal à comprendre pourquoi chez beaucoup d’entre nous, écrire devient un défi de vocabulaire.

N’obligez pas les gens à tenir un dictionnaire en main pour qu’ils comprennent ce que vous avez écrit. Le fait d’aligner des mots abracadabrants ne vous rend pas plus beau ou plus jeune, et ça n’ajoute pas une seule minute au temps qu’il vous reste à vivre.

Si quelqu’un me dit: « Quand tu parles, on ne comprend pas », je considère cela comme un échec. Car tout ce que vous réussissez à faire, c’est de démontrer que vous êtes incapable de transmettre un message. Point final.

Et il faut être profondément idiot pour appeler ça : intelligence

C’est une maladie qui ronge en particulier ceux qui répondent au doux nom d’intellectuels. Leur but dans la vie semble de dire aux foules: « J’espère que vous voyez le nombre de termes rares que je suis capable de mettre dans une seule phrase. »
Or quand vous écrivez, vous devez équilibrer la balance entre la classe et la simplicité. Ne soyez pas un Larousse ambulant, mais ne soyez pas non plus un phacochère vulgaire. Illustration :

A- Le phacochère :
 » Les cancres-là ont le cerveau en feuilles de goyavier.

Avec leur coquille vide, ils ne comprennent rien à rien dans ce que leur gros yeux de hibou lisent. »

B- Le juste milieu/ l’équilibré:
« Ces gens ne sont pas assez intelligents pour comprendre le texte qu’ils sont entrain de lire. »

C – L’intellectuel d’Etat:
« Ces êtres ne disposent pas de suffisamment de capabilités cognitives susceptibles de leur permettre d’assimiler la production littéraire soumise à leur analyse. »

C’est surtout à cause de la catégorie C que l’Afrique ne progresse pas et que les Africains refoulent la lecture. Beaucoup de savoir utile demeure ainsi caché parce que les individus chargés de le diffuser préfèrent se lancer dans une course de Formule 1 verbale. Le pire, c’est que ça leur plait comme ça.

Mon obsession quand je te parle ou que j’écris, est qu’on me COMPRENNE.

Lorsque j’ouvre ma messagerie et que des personnes du monde entier qui ne se connaissent pas me disent la même chose (« Merci de nous expliquer ces choses qui nous étaient floues »; « Grâce à toi, je comprends mieux les enjeux internationaux », etc…), alors j’en déduis que j’ai réussi mon pari.

Et si être intellectuel c’est être le seul à comprendre ce qu’on dit, je veux rester pour toujours un clochard littéraire.

C.Wilfried
(Analphabète)
Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche.

Dans toute dictature, l’intellectuel, en plus d’être une menace, est un volcan endormi.

C’est un excellent entraînement intellectuel que d’avoir en soi-même une confiance exagérée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Unable to display Facebook posts.
Show error

Error: Error validating application. Application has been deleted.
Type: OAuthException
Code: 190
Please refer to our Error Message Reference.