real-estate-tag-line

Le Nigéria en pleine métamorphose

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestShare on VK

Je me souviens d’un pays que j’ai visité quelques mois plus tôt. Aujourd’hui, j’ai tout bonnement l’impression de ne plus être au même endroit. Le Nigéria devient un autre pays, un pays qui met en marche une grande évolution dans ses décisions sur tous les plans : structures, développement économique et politique. Un pays qui se construit désormais avec une vraie politique de mise en marche, quitte à bousculer les institutions officielles…

Cette visite à Abuja, capitale du Nigeria, m’a donné une grande impression de stabilité de développement, ce qui prouve que « quand on veut, on peut » : en effet, le Nigeria se met en marche pour l’avenir. Ma visite auprès des hautes autorités fut passionnante, j’ai été frappé par leur pragmatisme aussi bien pour les sujets économiques qu’en ce qui concerne l’évolution globale de leur pays. J’ai trouvé des hommes posés, à l’écoute, et d’une grande pertinence avec une vision positive sur la montée en puissance de leur pays. N’oublions pas que le Nigéria est la première économie d’Afrique…

On peut sincèrement ajouter qu’Abuja est un exemple en tant que capitale africaine pour sa fluidité et sa population à écoute des étrangers. Les gens sont toujours là pour vous donner un peu de leur temps afin de vous aider à la moindre difficulté.

Mais désormais, il a quelque chose en plus : vous pouvez ressentir  qu’un grand changement est en marche dans ce pays. Une effervescence positive vient de naitre, et elle ira loin.
Tout cela prouve encore une fois que ce sont les hommes qui mettent en marche leur pays. Les hommes de poigne et de volonté peuvent avec des décisions fermes et justes faire évoluer les choses.  En tout cas, je reste émerveillé devant la force que déploient ces hommes pour mettre leur pays au premier plan de l’évolution d’une nation.

Jean Marc Henry

Jean_Marc_Henry_Au_Nigeria_2
Jean_Marc_Henry_Au_Nigeria_1
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestShare on VK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’éradication de la dictature

L’éradication de la dictature sous toutes ses formes sur le continent et la mise en place d’Etat de droit se fondant sur des institutions démocratiques.

La nécessité pour l’Afrique de se doter de langues officielles ou de travail propres au continent
La création de monnaie communautaire ou régionale (intégration régionale) capable de promouvoir les échanges intra-africains et susceptible de se fondre, le moment venu, en une monnaie unique africaine.

La mise en place de structures économiques régionales devant permettre à l’Afrique de se positionner dans l’économie mondiale d’égale à égale au regard des autres régions de la planète.
La fin de l’état de dépendance du continent africain, sous toutes ses formes, au nom de l’interdépendance et de la coopération nécessaires devant gouverner les relations internationales équitables.

Ce tableau fort incomplet de nos intérêts et nous sommes les premiers à le reconnaître saura bénéficier de la richesse de l’intelligentsia du continent. Oui, l’Afrique dispose de têtes, réduites au silence par la dictature.

l'Afrique doit croire en l'Afrique
...

View on Facebook

A ces forces hostiles à l’Afrique, nous leur disons attention : l’Afrique s’éveillera.

La dictature sous toutes ses formes doit être éradiquée du sol africain et elle le sera. Ceci dit, revenant aux réflexions/débats que nous nous faisons le devoir de partager avec nos frères, et soeurs d’Afrique et autres bonnes volontés de par le monde, nous avons été souvent approché par des amis qui nous aiment bien.
Ces derniers ont attiré notre attention sur les risques que nous prenons en confrontant tous ceux qui oeuvrent pour le statu quo en Afrique. En fait, toutes les forces opposées à toute démocratisation des institutions et l’Etat de droit en Afrique. Et bien, comme on le dit: “La crainte de Dieu est le commencement de la sagesse” Oui, nous craignons Dieu.
Mais à l’oppose, nous ne craignons nullement les hommes et il ne s’agit pas de naïveté. Nous sommes conscients de la capacité de destruction des forces opposées aux nations et aux peuples africains mais ne confondons pas force et bestialité. Car, si tel était le cas, que dirions du Créateur de cet univers dont la toute puissance se conjugue en miséricorde et amour.

Du reste sur un plan purement humain, lorsque nous célébrons ces leaders hors du commun et autres grands hommes, nous honorons la force (talent, génie, humanisme, courage, détermination patriotisme et autres) mise au service/profit de la défense de la liberté, de la paix et des peuples. Le don de soi au nom de la vérité et des générations futures pouvant aller jusqu’au sacrifice suprême.

Par ailleurs, la fraternité étant l’âme de l’Afrique, nous ne perdons pas de vue la fraternité qui nous lie aux dictateurs africains. Toutefois, notre lutte pour la démocratie et l’éradication de la dictature autant que la défense des intérêts du continent demeurera sans compromis ni compromission aussi longtemps que l’Eternel nous gardera le souffle de vie.
...

View on Facebook